Régime et obésité : les produits « miracle » sont dangereux !
16 juillet 2015
Obésité : une plante chinoise pour la combattre
24 juillet 2015
Show all

IMC : et si son utilisation était limitée ?

Pour savoir si vous êtes en surpoids ou que vous êtes obèse, votre médecin calcule votre IMC et peut conclure si vous êtes une personne à risques. Mais aujourd’hui, il semble que ce critère d’indice de masse corporelle soit limité. Ce sont, en tout cas, les conclusions d’une étude australienne assez récente. Pour eux, cet indicateur doit être interprété au cas par cas.

Un IMC élevé ne signifie pas danger sur la santé !

Une étude menée par une équipe de chercheurs australiens et présentée au congrès de l’Association des diététiciens d’Australie, vient déstabiliser nos croyances. Il est vrai que nous savions que cet indicateur n’avait aucune signification chez les sportifs, mais d’après les chercheurs, ils ne sont plus les seuls concernés.

Pour arriver à ces résultats, ils ont analysé  les IMC  de 254 femmes, dont un tiers était classé dans la rangée « embonpoint », alors que leur pourcentage de masse adipeuse ne présentait aucun risque pour la santé.

« Elles sont plus lourdes, parce que le muscle est plus lourd que le gras. Une plus grande masse musculaire est protectrice à plusieurs égards: ces femmes ont une meilleure santé cardiovasculaire et sont plus fortes.

Il y a aussi plus de chances qu’elles aient un métabolisme de repos plus élevé, ce qui les rend moins sujettes au gain de poids », explique Amanda Patterson, chercheuse principale de l’étude, interrogée par le site canadien La Presse.

Qu’est-ce qui change ?

Une personne peut être considérée en surpoids à partir de son IMC, pourtant elle peut-être musclée et présenter très peu de graisse. Il est donc très important qu’à côté de cet indicateur, on considère également le pourcentage de cellules adipeuses.

Comments are closed.