annee-de-naissance-obesite
Obésité : et si votre date de naissance vous jouait de mauvais tours
16 février 2015
Show all

Obésité : sommes-nous condamnés à être obèses?

Les chiffres sont catégoriques… Les chiffres alarment ! Selon l’OMS, Chaque année, 2,8 millions de personnes, au moins, meurent des conséquences du surpoids ou de l’obésité.

Et ce chiffre ne cesse de progresser ! Cette dernière tire la sonnette d’alarme face à ce constat qui a des conséquences néfastes sur la santé et coûte donc très cher à l‘économie. Si vous souhaitez plus de détails sur les conséquences de l’obésité, nous vous invitons à consulter notre rubrique dédiée.

Face à cette « épidémie mondiale », la question est de savoir pourquoi les choses empirent ?

Désormais, même les pays sous-développés sont touchés. En réalité, tout notre environnement n’est que tentation ! Nous vivons dans une société de consommation

 

Tout… pour consommer !

Comme il est dur de résister, à ces bonnes odeurs, ces vitrines de chocolat… sortir devient pour vous une vraie torture ! Rassurez-vous c’est normal ! Vos sens évoquent des souvenirs antérieurs et, de façon inconsciente, déclenchent la sécrétion de dopamine. Les industriels et les marketers l’ont bien compris. Ils vous favorisent cet environnement qui vous invite à manger plus que nécessaire.

Aujourd’hui, la nourriture est accessible à chaque coin de rue. Elle ne demande plus un effort et elle débarque même chez vous à travers ces spots de publicités alléchants. On tombe alors dans des grignotages et des repas sans faim… et fin !

 

Sommes-nous condamner à trop manger ?

Vous avez beau contrôler votre appétit et faire des restrictions, rien ! Mais si la réponse se trouvait ailleurs ? Et si au final, notre corps était programmé à trop manger ?

C’est d’ailleurs cette idée qu’expose Robert Lustig, professeur de pédiatrie à l’université de Californie, dans son dernier livre. Pour lui, être obèse pourrait être causé par un problème hormonal, du à un excès de sucre. Ce serait la leptine, parfois appelée « hormone de la faim » qui régule la faim.

Le professeur Lustig et son équipe expliquent que c’est donc le sucre qui dérègle le bon fonctionnement de cette hormone. Ils ont découvert que des pics répétés de sucre dans l’organisme entrainaient une résistance à la leptine. Une piste, un espoir qui seront suivis dans les années prochaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *